Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Esprit Nature

Fibres textiles modernes et santé

 

De nos jours, bon nombre de nos contemporains souffrent de maladies de peau voire d'allergies. "Je ne supporte pas tel tissu, je ne porte que du coton ! Combien de fois, avons nous entendus cette réflexion ?

"Je suis allergique aux colorants ! (et oui, il n'y a pas que les alimentaires)

Bref, s'ils font encore la majorité, les tissus synthétiques, ne font plus l'unanimité ! Il suffit de se promener dans les divers foires et salons spécialisés pour voir les nombreux exposants de vêtements de lin ou de chanvre, à l'état brut ou teintés avec des teintures naturelles. L'artisanat (la santé de l'art) n'est il pas un des atouts majeurs de l'économie du III ème Millénaire ?

Les fibres textiles naturelles reviennent, nécessairement, à la mode. De même que les colorants naturels végétaux ou animaux utilisés en alimentaire ou textile. Le regain notable d'intérêt manifesté au cours de ces dernières années pour les colorants naturels par les laboratoires de recherches pharmaceutiques, nous fournit un élément de réponse !

Et puis, les tissus nous en font voir de toutes les couleurs ! Mais bon "sent", mais c'est bien sûr, il y a la chromothérapie, la thérapie par les couleurs !

La question se pose alors, les colorants naturels et les colorants de synthèse, ont ils la même onde vibratoire ?

Le lin : Fibre textile moderne et santé

Les colorants naturels et la sante.

La phytochimie nous fournit un élément de réponse !

L'action colorante des teintures végétales est due à un ensemble de molécules de structures variées agissant en synergie les unes avec les autres.
Ainsi, la couleur jaune, produite par bon nombre d'espèces végétales, est la résultante de l'action conjuguée de divers flavonoïdes. La couleur rouge produite par les fleurs de carthame est principalement due à un benzoquinone, la carthamone, produisant le rouge et à un chalcone la carthamine de coloration jaune. Le rouge produit par la garance est dû à l'action réfléchissante d'une vingtaine de molécules, des anthraquinones dont la plus connue est l'alizarine alliée à la rubiadine, purpurine, etc. Le jaune de la teinture de safran est la résultante de l'action conjuguée de la crocétine et de divers autres caroténoïdes tels que : b-carotène, lycopène, etc, ...

Les plantes produisent divers pigments chargés de captés les différentes longueurs d'ondes émises par la lumière solaire.


La thérapeutique

Il apparaît, alors, clairement que l'absorption et l'émission du spectre solaire par les pigments végétaux se situent sur une plus large longueur d'onde que celle des pigments de synthèse. Ainsi, utilisé en thérapeutique (chromothérapie) le rouge produit par la garance ou le bleu produit par le pastel, n'auront pas la même intensité que le rouge garance ou le bleu pastel produit par l'industrie.

Mais outre leurs longueurs d'ondes différentes des pigments de synthèse, les colorants végétaux ont une action thérapeutique qui leur est propre.
-- Le b-carotène présent dans de nombreuses plantes tinctoriales n'est il pas le précurseur de la vitamine A dont l'action sur la peau est bien connue.
-- Les benzoquinones ont de remarquables effets antibactériens.
-- Les flavonoïdes sont aussi de redoutables antiseptiques agissant aussi sur les champignons et les virus.
-- Les caroténoïdes et les flavonoïdes exercent une action anti-oxydante.
-- L'alizarine, une des molécules colorantes de la garance est un antibactérien et un antifongique. Les propriétés de la garance contre diverses affections cutanées sont connues depuis la Renaissance. Ces indications persistent dans son usage en médecine populaire. Dans certaines régions, les personnes atteintes d'infections cutanées portaient des vêtements teintés avec de la teinture de garance.
-- L'usage du safran dans le traitement de diverses maladies de peau et notamment de l'érysipèle était déjà connu des Anciens Grecs.


Peut être verrons nous bientôt se créer une gamme de sous-vêtements en coton teintés avec des colorants végétaux ?
Véritable soulagement pour de nombreux porteurs d'eczémas !

La combinaison fibre-colorant dépend de la nature de la fibre. Les fibres animales (laine-soie) se différentient des fibres végétales (coton, lin, chanvre). Les fibres animales sont des fibres protéiques à caractères amphotères (elles présentent en même temps des fonctions acides et basiques) alors que les fibres végétales sont cellulosiques et sont chimiquement assez inertes sans fonctions acides ou basiques marquées. Comme les extrêmes s'attirent, les fonctions acido-basique des fibres protéiques ont beaucoup plus d'attraits pour les molécules basico-acide des colorants. C'est-à-dire, en clair, que les fibres animales seront offertes à une plus grande palette de colorants naturels que les fibres végétales.

Types de colorants

Origine

Colorants acides

Curcuma - Rocou

Colorants à mordants

Teintures végétales et insectes

Colorants de cuve

Pastel - Indigo - Pourpre

Colorants basiques

Epine-vinette

Teintures substantives

Lichens - Curcuma - Rocou - Cachou


Le lin : fibre textile 

          Fibres textiles modernes
 

Nature de la fibre textile
 

Caractéristiques physiques

Caractéres hygiéniques

Coton

- Fibres claires soyeuses

- Moyennement perméable à l'air

- Pouvoir thermique moyen

- Très grande résistance

- Très grande douceur

Lin

- Fibres claires brillantes

regroupées en faisceaux

- Pouvoir thermique faible

- Très grande douceur

Chanvre

- Fibres brunes, solides

- Très absorbante

- Grand pouvoir thermique

- Très grande résistance

- Très grande douceur

Laine

- Fibres frisées blanches ou jaunâtres

- Bon isolant thermique

- Très grand pouvoir absorbant

- Peu résistante

Soie

- Fil continu, très fin, brillant de couleur pâle

- Très bon isolant thermique

- Très absorbante

- Très douce

- Très résistante

En guise de conclusion,  je dirai que contrairement à ce que certains pensent, le regain d'intérêt manifesté par beaucoup pour les fibres textiles et les colorants naturels n'est pas un phénomène de mode "écolo" mais un réel besoin de mieux-être. D'être bien dans sa seconde peau !

 Début de l'article  

 

     Alain Tessier

Ethnobotaniste

En savoir plus sur les plantes

 

Pour en savoir beaucoup plus:  

Guide des teintures naturelles. D. Cardon et G. du Chatenet. Ed Delachaux et Niesle

Commenter cet article

dauchel 21/04/2010 18:13


Article très intéressant. Je recherche une formation sur les propriétés thérapeutiques des teintures naturelles pour tissus et je ne trouve pas. Vos informations sont les bienvenues.


espoir 14/01/2009 14:08

Je suis d'accord. Ce n'est pas un phénoméne de société mais une nouvelle vision de l'homme par rapport à la nature