Publié par Esprit Nature

 Huiles essentielles dangereuses pour la femme enceinte ou allaitante : Sauge officinale, Armoises, Tanaisie, Hysope, Lavandin, Lavande aspic, Aneth, Anis vert, Badiane, Fenouil, Eucalyptus, Ravensare aromatique, Romarin CT cinéole, Inule, Laurier, Thym, Origan, Sarriette, …

Aujourd'hui, les remèdes végétaux (Phyto-aromathérapie) sont de plus en plus utilisés pour l'entretien du corps ou pour soigner les affections du quotidien. Au même titre que les médicaments sur ordonnance, ces remèdes sont des médicaments et comme pour ces derniers, il est recommandé de consulter des thérapeutes compétents avant de les utiliser.

 Les remèdes végétaux sont utilisés depuis longtemps, et ce, en toute sécurité. Cependant, la connaissance et l'usage des plantes étaient alors, ancestrale et traditionnel. De nos jours, la banalisation commerciale de ces remèdes n'a pas le même sens et sans connaissances, ces remèdes peuvent devenir dangereux si la posologie n'est pas respectée, si ils sont ingérés pendant une longue période ou contre indiqué à certaine période de la vie et notamment pendant la grossesse.



Les huiles essentielles ne sont pas toutes sans danger

Les huiles essentielles ne sont pas toutes sans danger
pendant la grossesse
 

Les femmes enceintes ou qui allaitent sont, à juste titre, à la recherche de remèdes naturels pour guérir les maux du quotidien, sans nécessairement utilisé des molécules chimiques. L'aromathérapie, notamment, attire de nombreuses futures mamans. Il est alors important de prendre un certain nombre de précautions avec l'usage des huiles essentielles lors de la grossesse. Elles ne sont pas toutes sans danger !


Les huiles essentielles sont déconseillées pendant les 3 premiers mois de la grossesse

Les huiles essentielles sont déconseillées
pendant la grossesse

L'utilisation interne et externe des huiles essentielles (HE) est fortement déconseillée pendant la grossesse. Seule la diffusion atmosphérique des HE est permise, hors la présence de la future maman. Cette diffusion ne dépasse jamais un quart d'heure deux fois par jour pour ne pas saturer l'air en molécules aromatiques.

Pendant la grossesse, l'usage des huiles essentielles HE est déconseillé, puisque aujourd'hui aucune étude toxicologique n'innocente les molécules aromatiques et leurs passages par la voie placentaire.


Pas d'ingestion d'huiles essentielles sans avis compétent 

Pas d'ingestion d'huiles essentielles sans avis compétent
Pendant la grossesse, la voie orale est à éviter sans l'avis d'un thérapeute compétent. Pour l'entretien du corps, les applications cutanées pourront être utilisées avec des concentrations maximales de 3 à 4 % d'huiles essentielles dans une huile végétale, telle l'huile de Carthame ou de Chanvre.


Les huiles essentielles interdites chez la femme enceinte ou allaitante 

Les huiles essentielles interdites
Certaines familles chimiques d'huiles essentielles sont à proscrire chez la femme enceinte ou allaitante :

HE à cétones, ces molécules présentent une certaine neurotoxicité dont il faut tenir compte, surtout dans les traitements de long terme, de plus, ces molécules sont abortives. C'esr le cas de la Sauge officinalequ'il ne faut pas confondre avec la Sauge sclarée. La

Sauge officinale contient comme les Armoises et la Tanaisie desthuyones aussi neurotoxique que les pinocamphones présent dans l'HE d'Hysope.

HE à camphre, telle l'He de Lavandin et de Lavande aspic, par cette molécule, peuvent exercer une certaine neurotoxicité ainsi qu'un effet cardiotonique, elles sont, par conséquent, déconseillées chez la future maman.

HE à anéthol, par leur configuration spaciale, ces molécules exercent une action oestrogéne-like. Les HE à odeur anisé, telle HE Aneth, Anis vert, Badiane, Fenouil ou la consommation régulière de ces végétaux peut être dommageable chez la femme enceinte.

HE à eucalyptol, cette molécule que les chimistes nomment 1,8-cinéole est un stimulant des glandes exocrines (glandes mucines produisant le mucus) mais aussi glandes sudorales, salivaires, apocrines, etc. C'est pourquoi quand on utilise de l'Eucalyptus ou les différentes espèces de Melaleuqueson exhale une odeur d'eucalyptol. Ces HE, riche en eulyptol peuvent provoquer des chocs anaphylactiques et donner au lait de la femme allaitante, par le biais des glandes apocrines, un goût d'eucalyptol. Les HE de Ravensare aromatique et de Romarin CT cinéole sont aussi déconseillées chez la femme enceinte.

 

En usage externe, les HE à lactones (Inule, Laurier,...) peuvent provoquer des allergies, celles contenant des phénols (Thym, Origan, Sarriette,...) sont irritantes pour la peau.

 

L'usage des plantes ou des huiles essentielles (Phyto-aromathérapie) est un acte thérapeutique, naturel, mais non dénué d'activité, donc de précaution. C'est pourquoi, ces remèdes ne doivent jamais être employés sans avis compétents. Chez la femme enceinte ou allaitante, l'utilisation des huiles essentielles doit se faire avec discernement et connaissance et jamais avant 3 mois de grossesse. 



      Alain TESSIER

Ethnobotaniste
En savoir plus sur les plantes

Commenter cet article

mona 03/03/2009

Selon le Dr. B.Arnal-Schnebelen,médecin gynécologue-obstétricien, responsable du DU de phytothérapie, faculté de médecine Paris XIII : AUCUNE prise chez la femme enceinte et allaitante,les huiles franchissent la barrière placentaire et passent dans le lait.Il vaut mieux se tourner vers l'homéopathie et l'acupuncture.

Charlotte 16/07/2014

Oui il faut faire attention lorsque l'on est enceinte de ne pas ingérer de l'huile essentielle. Merci pour cette article qui nous donne des informations claires.

restaurant paris 06/08/2014

C’est très bien de rappeler toutes ces précautions à prendre avec les HE, parce qu’aujourd'hui, comme c’est à la mode, on en voit partout, mais les gens les utilisent souvent à tord et à travers

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog