Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Esprit Nature

Dans notre société de consommation où la « fin d'année » est une période de « surconsommation », il est prudent de dépurer l'organisme.

Le drainage correspond à une idée de "nettoyage", d'élimination  des déchets, résidus et toxines de l'organisme. Il était, autrefois, saisonnier et régulier (cure de printemps...). Précepte répandu dans de nombreuses médecines traditionnelles : Africaine, Ayurvédique, Chinoise...

 

Le drainage est aujourd'hui utilisé par plusieurs disciplines médicales : Naturopathie, Homéopathie et Phytothérapie.

 

Cette notion de drainage est destinée à favoriser l'élimination, par les voies naturelles, des toxines accumulées par l'organisme.

 

 Cette accumulation est plus importante au niveau de certains organes chargés de l'épuration. Ces organes, les émonctoires : intestins, reins, foie et peau, agissent en synergie les uns avec les autres. Quand l'un est surchargé, il y a transfert d'activité vers les autres. Par leur efficacité, leur souplesse d'action et leur activité multidirectionnelle, les plantes ont toujours joué un rôle prépondérant dans le drainage. Ces plantes que l'on appelle "dépuratives" agissent aussi en synergie. Elles nettoient, tonifient et apportent les éléments nécessaires au métabolisme général de l'organisme. 

La Fumeterre (Fumaria officinalis)

Connue sous le nom de fiel de terre, la fumeterre (Fumaria officinalis) pousse sur les terrains à sol léger, acide ou calcaire. Commune dans toute la France, c'est une plante annuelle, molle, de 20 à 80 cm de hauteur. Les feuilles très divisées sont vert grisâtre. Les fleurs rose-pourpre, noir rougeâtre au sommet sont regroupées en grappe. Elles apparaissent vers la fin avril quelquefois dès la fin mars et persistent jusqu'en septembre.

L'usage thérapeutique de la fumeterre remonte à l'antiquité. Galien la recommandait dans les obstructions du foie et les affections hépatiques en général. Pour Dioscoride, elle excitait la sécrétion de "l'urine bilieuse". Au Moyen-âge, elle est employée "pour rendre au corps son teint florissant". Depuis cette époque, la fumeterre n'a jamais cessée d'être utilisée.

Les parties aériennes fleuries renferment de nombreux alcaloïdes tels la protopine et l'hydrastine. Outre les alcaloïdes, elles contiennent des tanins, des acides organiques (malique et citrique), des hétérosides flavoniques (rutine) et des sels minéraux (potassium).
En usage traditionnel, la fumeterre est employée comme dépuratif et diurétique, mais c'est surtout comme régulateur des sécrétions biliaires (amphocholérétique) que la fumeterre a acquis une grande réputation. C'est aussi un antispasmodique qui calme les spasmes de la vésicule biliaire et exerce une action mécanique sur l'évacuation des calculs biliaires. Le Fumeterre permet aussi de diminuer l'intensité des migraines digestives et est un excellent régulateur des affections du système hépato-vésiculaire.

Elle est employée en infusion, à raison de 25 g par litre d'eau, ou en TM (30 gttes dans de l'eau 3 fois par jour. La fumeterre est un excellent régulateur des affections du système hépato-vésiculaire. Elle est, cependant, déconseillée en cas de calculs biliaires, sans avis médical.

 

Artichaut : détoxifier, elimination biliaire, assimilation des aliments, constipation ...

L'Artichaut (Cynara scolymus)

 L'artichaut (Cynara scolymus) n'existe pas à l'état spontané, c'est une plante cultivée qui a été obtenue par une série de lentes améliorations du cardon sauvage. C'est une plante herbacée vivace pouvant atteindre 1,50 m de hauteur. Sa tige est robuste, épaisse et charnue. A sa base, elle est entourée d'une rosette de grandes et longues feuilles de couleur gris vert de 20 à 30 cm, pennatilobées, dentées, blanchâtres et velues sur leur face inférieure; les feuilles attenantes à la tige étant plus étroites. L'inflorescence est un gros capitule terminal à réceptacle charnu (le "fond" d'artichaut), dont les bractées ovalaires sont également charnues à la base (parties charnues qui sont celles que l'on consomme avec le "fond" du capitule dans un cadre alimentaire). Les fleurs, qui n'apparaissent qu'à la deuxième année, sont d'un très joli bleu violacé. Les pétales sont soudés en tubes. Les fruits sont des akènes ovoïdes.

Plante, à la fois potagère et médicinale, l'artichaut était déjà cultivé par les Egyptiens et particulièrement apprécié des Grecs et des Romains pour favoriser la digestion et pour traiter les troubles hépatiques et rénaux. Il fut introduit en France par Catherine de Médicis, qui en était très friande. Elle l'apporta de son Italie natale lorsqu'elle épousa le roi de France.

Ce sont les feuilles de la tige qui sont utilisées en phytothérapie. L'Artichaut est préconisé pour détoxifier l'organisme et favoriser l'élimination biliaire, permettant une meilleure assimilation des aliments et par extension un remède de la constipation. L'Artichaut est le remède de la glande hépatique, organe détoxiquant, régulateur de la glycémie et des lipides sanguins.

Les feuilles d'artichaut fraîches (20g / litre) ou les formes galéniques utilisant des plantes fraîches (TM; SIPF; EPS) sont plus actives.

Romarin : insuffisance hépatique, inflammation de la vésicule. Fermentations intestinales, douleurs abdominales. spasmolytique sur les intestins et l'estomac, calme les spasmes digestifs

Le romarin (Rosmarinus officinalis)

Commun dans tout le pourtour méditerranéen, le romarin (Rosmarinus officinalis) est un arbrisseau touffu, toujours vert, pouvant dépasser 2 mètres de hauteur. Il est couramment cultivé dans les jardins pour son aspect ornemental et pour la cuisine. Il affectionne surtout les terrains calcaires fortement ensoleillés. Ses feuilles sont étroites, lancéolées et opposées. Elles sont de couleur verte foncée sur la face supérieure, blanchâtre et duveteuse sur la face inférieure. Le romarin présente une structure parfaitement bien adaptée aux régions de sécheresse. Dès la fin de l'hiver apparaissent des fleurs bleu pâle ou blanches disposées deux par deux à l'aisselle des feuilles. Toute la plante dégage une odeur aromatique, légèrement camphrée, rappelant l'encens et le miel, d'où le nom vernaculaire d'encensier.

En décoction, 20 g par litre ; 250 ml / jour, pendant 3 jours, les sommités fleuries de romarin stimulent le fonctionnement du foie et de la vésicule biliaire. A ce titre, le romarin est indiqué dans l'insuffisance hépatique et en cas d'inflammation chronique de la vésicule. Il agit sur les fermentations intestinales et sur les douleurs abdominales qu'elles entraînent. Par son action spasmolytique sur les intestins et l'estomac, il calme les spasmes d'origine digestive.

Avec les mêmes propriétés, le romarin peut être employé en TM (50 gttes dans de l'eau 3 fois par jour x 3 jours) ou en HE (2 gttes 3 fois par jour pendant 3 jours). Au delà, son utilisation entraîne une faiblesse hépatique.

 

Les cellules hépatiques, alors bien " nettoyées " sont plus efficace et la peau devient plus lumineuse. Par ces divers effets, le romarin participe à la " renaissance " de l'être qui peu ainsi réveil « loner » la NOuvelle Lumiere du solstice d'hiver.

 

      Alain TESSIER

Ethnobotaniste
En savoir plus sur les plantes

Articles complémentaires :

Coupe faim - Maigrir et perdre du ventre - Pour un ventre plat grâce aux plantes 

Surcharge pondérale et rétention d'eau - Oedème - élimination urinaire
Surcharge pondérale et troubles circulatoires, jambes lourdes, varices  
Phytothérapie : surcharges pondérales et troubles nerveux 
Phytothérapie et cellulite 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre 15/03/2009 21:41

Merci pour cet intéressant article. En ce qui me concerne, je viens de commencer une cure de jus d'artichaut pour drainer mon foie.

Esprit Nature 11/04/2009 11:00


Bonjour, merci du compliment. Le printemps est une période favorable au drainage. Afin d'être tenu au courant des nouvelles publicatios vous pouvez, si vous le souhaitez vous inscrire à la
newsletter. A très bientôt