Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Esprit Nature

Les formes galéniques :

 

C'est la mise à disposition de l'organisme, des composants actifs végétaux ou autres...

Au cours des siècles, l'étude des végétaux a permis de confirmer l'efficacité de la phytothérapie dans un certain nombre de pathologies, dans des conditions précises d'utilisation et de préparation. Les connaissances acquises sur la phytochimie des plantes permet aujourd'hui, de préciser l'action et la biodisponibilité des composants. Elles ont aussi mis en évidence de possibles effets secondaires, la notion de dose et la possibilité d'effets indésirables voire de toxicité que le grand public à tendance à l'oublier.

Si elle simplifie la vie, la profusion de formes galéniques, présente aujourd'hui sur le marché de la phytothérapie, ne simplifie pas forcément le choix. Or, ces formes ne sont pas comparables entre-elles. Chaque forme d'utilisation à sa spécificité et un mode opératoire approprié.

 

L'UTILISATION DES PLANTES DANS SES FORMES EXTRACTIVES

 

  • Les Plantes Transformées
     

Les teintures meres Les Teintures (TM)

Ce sont des préparations alcooliques liquides issues de l'extraction par l'alcool éthylique à titres variables: (60° à 90°) de drogues sèches animales et surtout végétales.

Lorsqu'on utilise des drogues fraîches, la pharmacopée la dénomme : Alcoolature.

Notons cependant, que les teintures Mères Homéopathiques, qui sont retenues pour l'élaboration des dilutions homéopathiques, sont préparées avec des plantes fraîches, en général dans de l'alcool à 90°, mais en tenant compte de la quantité d'eau, contenue dans le tissu végétal. La teinture Mère est donc l'alcoolature de la pharmacopée.


Les alcoolats Les Alcoolats

Il s'agit également de solutions extractives alcooliques, obtenues par une double opération de macération et de distillation réalisée sur des drogues fraîches, ou sèches.

Généralement cette forme est utilisée pour les plantes aromatiques.


Les extraits fluides Les extraits fluides

Cette forme galénique résulte d'une double lixiviation avec concentration par la chaleur de la seconde solution obtenue. Le mélange donne une solution assez concentrée dont le poids doit correspondre au poids de la drogue sèche. De ce fait, la concentration en constituants actifs d'un extrait fluide est égale à celle de la drogue.

Les macerats glycerines Les macérats glycérinés de bourgeons

La composition chimique du bourgeon est différente de celle d'une plante adulte. Le bourgeon est un organe jeune, qui est le siège de l'accumulation des premiers métabolites des chaînes biosynthétiques. D'autre part, le solvant est un mélange d'alcool, d'eau et de glycérine. Cette forme d'extraction est employée en Gemmothérapie.

Les suspensions intégrales de plantes fraiches - SIPF Les suspensions intégrales de plantes fraîches ou S.I.P.F.

C'est une forme originale, qui utilise des plantes fraîches, qui sont cueillies depuis moins de 24 heures. Elles sont aussitôt mises en présence d'Azote liquide à - 196°C.

Ce procédé, la cryogénie, est le même que celui utilisé pour la conservation du sperme dans les fécondations in vitro. Puis les plantes sont microbroyées (50µ) toujours sous azote, c'est le cryobroyage. Cette stabilisation immédiate obtenue par la technologie du froid permet de maintenir les plantes dans leur état initial sans dégradation des principes actifs. Puis, les microparticules ainsi obtenues sont mises en solution hydro alcoolique à 30% en poids. La présence d'alcool permet le blocage des réactions enzymatiques lors du retour à la température ambiante. Diluées dans l'eau au moment de la prise, les processus enzymatiques peuvent reprendre normalement Cette forme galénique représente, la totalité des principes actifs de la plante, sans extraction spécifique, sans filtration et sans dégradation enzymatique. A l'heure actuelle, c'est une des formes les plus intéressantes, dans le respect de la teneur en principes actifs.

Des formes nouvelles sont apparues au cours des dernières décennies. Ces formes rendent le médicament plus efficace et aussi plus stable. C'est le cas des gélules, qui présentent un certain intérêt, surtout par leur facilité d'utilisation. Ces gélules renferment soit de la poudre de plantes soit des nébulisats ou extraits secs.


Les poudres de plantes Les poudres de plantes

C'est une simple pulvérisation du végétal sec. Contrairement aux extraits, qui sélectionnent une gamme de principes actifs, selon la nature du solvant, les poudres renferment la totalité des principes actifs.

Le «totum» de la plante contient beaucoup de cellulose susceptible de provoquer des fermentations intestinales et environ 15% de composants actifs. Cependant, nos connaissances actuelles ne nous permettent pas d'affirmer que la disponibilité de ces principes actifs soit totalement assurée en milieu biologique.


Les nébulisat ou extraits secs Les nébulisat ou extraits secs

Le nébulisat est obtenu à partir d'extraits secs par un procédé rapide de dessiccation. Ce procédé consiste à sécher un brouillard de microparticules à l'intérieur d'une chambre de séchage parcourue par un courant d'air chaud. Pour l'obtention de l'extrait sec, on utilise un solvant: eau - alcool principalement. Par conséquent, le nébulisat de plante ne contiendra, que les principes actifs solubles dans le solvant utiliser pour l'obtention de l'extrait sec.


Il appartient donc aux prescripteurs de phytothérapie, de bien connaître le, ou les principes actifs responsables de l'action envisagée; de connaître les solubilités de ces principes actifs et de choisir parmi les différentes formes galéniques existantes, la plus appropriée à la maladie qu'il veut traiter. Il appartient également aux fabricants de préciser, outre le nom de genre et d'espèce mais aussi le solvant utilisé et si possible la teneur des principes actifs essentiels. Alors là, nous aurons une phytothérapie scientifique à effets reproductibles.

 Début de l'article


     Alain Tessier

Ethnobotaniste

En savoir plus sur les plantes
 

Bibliographie: Professeur Anton Journal Pharm Belge 1987

Commenter cet article